Date: 22.02.2020  Heure: 19:55 GMT


Ajouté le : 27.06.2016 16:48

L’aéroport Oumtounsy, un nouveau chameau blanc de Aziz

Par Ahmedou Vall Messaoud, du Directoire du Manifeste des Harratines

 

Le nouvel aéroport est un nouveau chameau blanc de Aziz pour ne pas dire éléphant blanc: il crée plus de problèmes aux pauvres qu'il n’en règle; obligés de débourser le prix d’un deuxième billet d'avion pour rentrer à Nouakchott alors qu’ il suffisait de cent ouguiyas pour rentrer chez soi à partir de l'ancien aéroport: un tel aéroport et un tel luxe dans un pays qui est indigent en matière d'infrastructures, écoles, tables-bancs, dispensaires, locaux administratifs, routes, eau et éléctricité est une insulte à la conscience du peuple mauritanien: au moment où l'Unicef annonce 400 mille enfants mauritaniens en état de sous-alimentation aggravée pour 2016.

 

Quand sa propre capitale nage dans de l'eau dès qu'il y a 5mm de pluies, cet argent (16 milliards de la SNIM et 400 mille ha dans la zone résidentielle de Tévragh-Zeina, en plus de l'ancien aéroport ) consacré à la construction de cet aéroport réalisée dans les conditions les plus obscures, d'un troc d'un autre âge et dont personne ne connait le coût global, doit nous commander d'avoir d'autres priorités que la construction de ce « chameau blanc » dont le moindre mal est de porter le nom de la bataille « d’Oum Ettounsy » qui a fait des orphelins mauritaniens et étrangers et pourquoi pas aussi « Waterloo » pendant que nous y sommes.

 

Au demeurant, un groupe d'amis et moi avons décidé de le rebaptiser en lui donnant le nom de deux illustres personnages mauritaniens qui ont été ignorés et jetés dans l'oubli par les différents pouvoirs militaires qui nous gouvernent depuis 1978.

 

Pour nous il s’appelle Aéroport international de Nouakchott Almamy Cheikh Saad Bouh Kane et Président Sidi El Moktar Ndiaye, deux grands personnages de la période post-indépendance qui ont prouvé, le premier ( l'almamy Cheikh Saad Bouh Kane), alors que les arabo-berbères et négro africains mauritaniens se tiraillaient pour le nom à donner au pays naissant, les uns proposant la république arabe de Mauritanie, les autres, République africaine de Mauritanie, l’Almamy Cheikh Saadbouh Kane les a réunis pour leur dire d'accepter de choisir le nom de République Islamique de Mauritanie puisque c'est l'Islam qui nous unit tous et qui est le ciment de notre unité, proposition acceptée à l’unanimité par les deux parties belligérantes.

 

Quant au Premier Président de l’Assemblée nationale et membre du grand conseil de l’AOF, Sidi El Moktar Ndiaye, est celui qui a en 1958, refusé à la société de Mine de Fer de Mauritanie (MIFERMA), que le fer de Zouerate soit évacué par la Villa Cisneros (Dakhla), comme l'avait planifié à l'époque la France: il avait dit ces mots aux colons français qui sont restés gravés dans l’histoire de notre Pays : « Non ! le fer des mines de Zouerate de Mauritanie sera évacué par Port-Etienne, actuel Nouadhibou , ou restera en place, il est hors de question qu’il soit évacué par un port étranger Dakhala située en territoire espagnol »Ce qui a poussé le colonisateur français à reprendre complètement leur stratégie pour évacuer le fer de Zouérate par Nouadhibou !

 

Pour mon groupe et moi, le nouvel aéroport s’appelle Aéroport International Almamy Cheikh Saad Bouh Kane et Président Sidi El Moktar Ndiaye, deux symboles de la Mauritanie unie, solidaire et multiculturelle ! Tout compte fait, puisque nous voulons tellement impressionner les arabes, cet aéroport ne sera jamais comme celui du Caire, ni celui de Casablanca encore moins ceux de Riyad et Dubaï...

 




chinguitel

Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2020

Partenaires