Date: 22.04.2019  Heure: 04:07 GMT


Ajouté le : 29.03.2018 01:47

Mauritanie : Premières condamnations d’esclavagistes à Nouadhibou

ALAKHBAR (Nouakchott) - Deux esclavagistes, Saleck Ould Amar et Hamoudi Ould Saleck, ont été condamnées, mercredi à Nouadhibou (Nord Mauritanie), à 20 ans d'emprisonnement et à une amende de 500 mille Ouguiyas-MRU (11 363 euros) pour pratiques d’esclavage.

 

Une troisième prévenue, Riva Mint Mohamed, a été condamnée à 10 de prison et à une amende de 25 000 Ouguiyas-MRU (568 euros).

 

Les peines ont été prononcées par la Cour Criminelle Spécialisée dans la lutte contre l'esclavage qui tenait sa première audience depuis sa création le 23 novembre 2016.

 

Deux autres Cours Criminelles Spécialisées dans la lutte contre l'esclavage ont été crées dans la capitale, Nouakchott le 24 juin 2016 et à Néma, une ville de l’Est du pays le 2 mai 2016.

 

La première condamnation d’esclavagistes en Mauritanie remonte au 16 mai 2016. Elle a été prononcée par le Cour Criminelle Spécialisée, après 35 ans d’abolition de l’esclavage. Les prévenus, Hanana Ould Sidi Mohamed et Khalihina Ould Heymad, ont été condamnés à une peine d'emprisonnement de cinq ans, assortie d’une amende d’un Million d’ouguiyas-MRO (22 727 euros).

 

Au total, cinq (5) esclavagistes ont été condamnés depuis l’abolition de l’esclavage en 1981.

 

Selon un rapport d’Amnesty International, publié jeudi 22 mars, « en 2016, seulement deux personnes ont été condamnées par les tribunaux du pays compétents pour connaître des affaires d’esclavage, alors que ces juridictions avaient été saisies de 47 dossiers, dans lesquels 53 suspects étaient impliqués ».

 

Dans son rapport, Amnesty International affirme avoir « constaté que la police, les procureurs et l’appareil judiciaire ne répondaient pas de façon appropriée aux cas d’exploitation signalés, qu’il s’agisse d’identifier les victimes ou de punir les responsables présumés ».

 

D’après les estimations d’organisations internationales antiesclavagistes, « jusqu’à 43 000 personnes étaient réduites en esclavage en Mauritanie en 2016, soit environ 1 % de la population totale», note le rapport d’Amnesty.




chinguitel

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2019

Partenaires