Date: 18.07.2018  Heure: 12:55 GMT


Ajouté le : 11.05.2018 08:37

Pdt du 5e colloque de la fraternité : « Nous voulons une Mauritanie fraternelle »

ALAKHBAR (Nouakchott) - L’Association Main dans la Main (AMDM), qui œuvre pour le rapprochement des communautés en Mauritanie, a ouvert, le jeudi 10 mai à Nouakchott, son cinquième colloque de la fraternité, sous le thème : « Pour que vous vous aimiez ».

 

Mohamed Lemine Mohamed Moussa (Voir photo) est le président du colloque. Interrogé par Alakhbar, il revient sur l’importance de l’évènement et le degré d’adhésion des Mauritaniens au concept de fraternisation initié par l’AMDM.

 

ALAKHBAR _ Qu’est ce qui distingue le cinquième colloque ?

 

Mohamed L. M. Moussa : Nous avons travaillé, durant les quatre colloques précédents, à bitumer la route de la fraternité en Mauritanie.  Aujourd’hui, nous consolidons ce travail à travers ce cinquième colloque. Nous estimons que la cohésion nationale et la fraternité entre les différentes communautés du pays doit être une réalité et un legs aux générations futures.

 

ALAKHBAR _ Est ce que votre message de fraternité fait écho ?

 

Mohamed L. M. Moussa : De façon positive, nous avons été frappés par le fait que les Mauritaniens soient très réceptifs à notre travail de fraternisation et de cohésion sociale. Nous avons juste besoin de renforcer les efforts consentis dans ces domaines. Il n’y a pas de distinction entre les différentes composantes de la société ; les Mauritaniens utilisent différentes langues, mais pour exprimer les mêmes idées. Si nous nous connaissons mieux et cultivons la tolérance, nous verrons que tous les Mauritaniens sont des frères et sœurs.

 

ALAKHBAR _ Est ce que la population adhère réellement à votre concept ?

 

Mohamed L. M. Moussa : Elle y adhère, tout à fait. Il nous arrive parfois, lors de nos porte-à-porte, de constater comment les gens nous accueillent à bras ouverts. Aussi, nous sommes allés voir des sponsors qui nous diseaint : « Nous vous attendions depuis longtemps. Nous voulons vous aider à bâtir une Mauritanie unie »

 

ALAKHBAR _Y a-t-il parfois, de la réticence chez certains ?

 

Mohamed L. M. Moussa : De la réticence ? Non. Nous n’avons pas constaté cela. Et si c’était le cas, ce serait limité dans l’esprit de certains qui pensent que les communautés se rejetteraient les unes les autres. Plutôt, les gens sont très sensibles à notre message d’unité et de solidarité. C’est ce que nous avons appris en pratiquant le terrain.

 

ALAKHBAR _ Concrètement, pouvez-vous nous citer un exemple de réussite ?

 

Mohamed L. M. Moussa : Chaque année, nous procédons à une fraternisation entre des personnes de différentes communautés. Nous choisissons deux hommes ou deux femmes que nous déclarons frères ou sœurs avec une procédure à suivre : établir le contact, effectuer des visites mutuelles, etc. Il y a un bel exemple de deux femmes (Beïdane et Peule) qui ont été fraternisées. Quand la mère de la dernière a subi un accident, la première a pris en charge tous les frais d’hospitalisation. Cela montre qu’elles sont devenues de vraies sœurs.

 

ALAKHBAR _Comment vous vous projeter dans l’avenir ?

 

Mohamed L. M. Moussa : Nous voulons décentraliser ce colloque dans toutes les régions du pays. Nous ne devons pas nous limiter à Nouakchott. Les gens doivent ressentir la fraternité au Fouta, à Tris Zemmour, au Guidimakha au Tagant et partout dans le pays. Le grand souhait de l’Association Main dans la Main est de construire une Mauritanie fraternelle.




chinguitel

Nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2018

Partenaires