On n’avait pas besoin d’aller loin pour dénicher le faux dans les propos de ce ministre qui nous a déjà dit que «l’Armée consommait 50 millions dollars par jour, rien qu’en carburant». Celui qui se lançait dans une explication de texte qui l’a mené à soutenir «qu’il y a lieu de limiter les naissances chez les pauvres qui ne savent que féconder». M’enfin ! Laissons le ministre : il est à l’image du gouvernement dont il est le porte-parole.

 

Les ennemis du Président sont dans les deux camps

 

Comme l’a si bien dit le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, il n’y a que ses ennemis qui doivent être dérangés par sa détermination à respecter la limitation des mandats. Ses ennemis sont de deux ordres.

 

L’ordre des opposants caciques qui sont aujourd’hui en train de récolter les fruits de leurs mauvais positionnements, de leurs choix catastrophiques et de leur refus continuel à participer au jeu politique. C’est à eux qu’il s’adresse quand il dit «n’en déplaise à l’Opposition» dans sa dernière interview à France 24.

 

Ceux-là sont déchirés aujourd’hui par la perspective d’un processus qui est finalement le couronnement d’un succès pour ce «militaire» auquel ses adversaires dénient toute intelligence tactique et toute volonté de bien faire. Cet homme accusé de tous les torts par ses protagonistes, entre dans l’Histoire par la grande porte.

 

Il s’était fixé quelques objectifs qui sont pour la plupart réalisés sinon en passe de l’être. Même le renouvellement de la classe politique fait son chemin.

 

Les scrutins du 1er septembre annoncent déjà de grandes recompositions. Et c’est ce qui gène la classe politique traditionnelle incapable de proposer un programme alternatif et atterrée par le fait de devoir se ranger derrière le choix futur de la Majorité en place.

 

Quoi de plus terrifiant pour cette classe politique de ne pas pouvoir entrevoir la possibilité pour elle d’avancer un candidat de notoriété ?

 

C’est bien pourquoi, il ne lui reste plus  que l’espoir de voir le Président Ould Abdel Aziz revenir sur son serment et enfreindre la loi fondamentale en faisant sauter le verrou des mandats.

 

Il y a bien sûr quelques incapables du sérail qui, non contents de ne pas être à la hauteur dans l’accomplissement de leurs tâches quotidiennes, n’ont rien d’autre à faire valoir que la (fausse) preuve d’un attachement auquel personne n’y croit. Pas même l’intéressé.

 

Les égoïsmes et l’avidité caractérisée font peur à ceux-là déjà au présent…

 

Entre les deux ordres, une alliance objective s’établit. C’est ainsi que la Ligue des Médiocres se retrouve autour d’un dessein : faire échouer le processus.

 

Cela se traduit par : essayer de convaincre la CENI de son incapacité à tenir les délais, abreuver la scène de fausses nouvelles, cultiver les discours haineux et communautaristes pour faire peur, parier sur la fragilité du processus…

 

Tout sera mis en œuvre pour remettre en cause le processus actuel. Les lourdeurs pour peser sur le temps imparti. Les rumeurs pour empoisonner l’atmosphère. Les mauvaises explications pour parasiter les analyses…

 

Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de lui-même, sans être forcé par un quelconque courant, par une quelconque demande autre que celle qui lui vient de sa volonté de respecter son serment et de donner, comme il l’a dit, la chance à son pays de vivre un moment exceptionnel d’alternance possible.

 

Il mérite la reconnaissance et même la célébration.

 

MFO (La Tribune N°758 du 1er août 2018