Date: 22.11.2019  Heure: 10:09 GMT


Ajouté le : 30.09.2019 07:19

Mauritanie: Souffrance de l'enseignant

Dès sa sortie, l'enseignant fait face à nombre de difficultés et problèmes. Mal formé, peu outillé, la plupart n'arrive ni à bien élaborer le cours ni à gérer la classe. Les lacunes sont innombrables. Ces mêmes enseignants sont largués dans des coins reculés voire enclavés sans aucune aide d'un aîné ou inspecteur. Livrés à eux-mêmes avec les pauvres élèves.

 

Par S. Elbenani

 

S'ajoute à cela le sentiment d'insécurité qui règne parmi les instituteurs. Dépossédé de toute autorité, face à des élèves souvent agressifs, sa prière de tout le temps est de ne pas finir à la police ou, pire encore, à l'hôpital. À l'école, peur au ventre.

 

Autre problème, cruel et injuste. Celui de manque de motivation. On lui barre tout. Pas de concours qui lui soit ouvert. Rien !   Il naît enseignant, meurt enseignant. Il n'évolue jamais. Son ambition de faire une belle carrière est massacrée le jour de son recrutement. Il ne peut devenir professeur de collège ou lycée, encore moins celui d'université. Ce qui aurait pu le motiver à toujours faire des efforts, à s'autoformer sans relâche.

 

Mais le problème central, le plus urgent et dont tout le monde parle est celui de salaire. Oui, le salaire est insignifiant et n'aide à rien.  Avec 8700 Ouguiya, comment se nourrir, s'habiller, se loger, se soigner, faire face aux imprévus ?  Mission impossible.

 

Une refondation réussie de l'école exige de mettre le bien-être de l'instituteur au coeur de notre participation. Sinon toute tentative sera soldée par un échec total.

 





chinguitel

Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2019

Partenaires