Banner

Date: 19.09.2020  Heure: 22:28 GMT


Ajouté le : 04.09.2020 13:07

LA MAURITANIE se relance :

C’est dans une perspective de riposte aux conséquences économiques et sociales de la crise du Covid-19, qu’un plan de relance ambitieux vient d’être annoncer par la  magistrature suprême de la république, afin d’amortir le choc d’une récession économique présente d’ores et déjà dans notre quotidien.

 

Je m’attacherais dans une première partie à énumérer les effets néfastes de cette crise sur les finances publiques mauritaniennes pour mettre en exergue l’effet réel de cette situation avant de présenter les réponses apportées aux exigences de la crise sanitaire et socioéconomique, et enfin je terminerais par une analyse simplifiée des grands axes de ce plan de relance.

 

En début de la pandémie et suite au grand confinement, il était décelable que notre économie déjà fragile, sera affectée lourdement par cette situation, ce qui s’est traduit par une baisse du PIB de -3,2% marquant ainsi une chute de plus de 9 points par rapport aux prévisions initiales de 2020 qui étaient de + 6,3%.

 

Par ailleurs une perte massive des recettes publiques à été décelées suite aux exonérations fiscales mises en place par le gouvernement à la fin du mois de mars dernier, pour alléger les effets de crise sur le pouvoir d’achat. Tout ceci est survenu au moment où les dépenses publiques se sont vues augmentées de 12%, afin de soutenir les mesures sanitaires et socio-économique de riposte à la pandémie COVID-19.

 

En l’occurrence et c’est dans cette situation récessionniste et déficitaire que s’inscrit ce plan de relance qui aborde des axes vitaux de notre économie souffrante initialement d’une faiblesse structurelle.

 

Ces axes se résument en la consolidation de l’investissement public; la mise en place d’un Fonds Stratégique d’Investissement,la formalisation du secteur informel, l’amélioration du climat des affaires et le soutient de secteur privé.

 

Sans vouloir trop se hisser dans les détails macroecomique ainsi que ses indicateurs je me contenterais de signaler que cette relance abordera théoriquement l’ensemble de nos secteurs économiques et sociétaux à travers une politique multisectorielle clairvoyante à  mon sens.

 

A cet effet il est nécessaire de signaler que la volonté de « formaliser le secteur informel » qui représente près de 75% de l’effectif de la population active nationale, jouera un rôle majeure dans la création d’une classe moyenne réelle, qui contribue au financement de l’économie à travers les cotisations salariales de ses salariés qui à leurs tour, bénéficient  en contrepartie des droits sociaux à l’égard de la sécurité social et la pension de retraite.

 

En fin des lignes de subvention spécifiques ont été consacrés à l’emploi, aux infrastructures de base, à la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, ce qui va sans doute réduire le taux de chômages et apportera une amélioration à la compétitivité de notre marché locale. A ceci s’ajoute l’appui aux processus d’instauration de l’école républicaine et la subvention des secteurs vitaux à l’égard de l’agriculture et l’halieutique en guise de tracer les premières lignes d’une politique d’autosuffisance nationale.

 

 

Mohamed Ould EL Khalef Paris le 3 septembre

 




chinguitel

Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2020

Partenaires