Banner

Date: 01.12.2020  Heure: 11:04 GMT


Ajouté le : 02.11.2020 10:57

Macron, le croisé des temps modernes

Macron est aujourd’hui au centre d’une piteuse controverse dont les ondes de choc ne cessent de s’amplifier, ouvrant de nouveau une ligne de fracture remontant aux usages immémoriaux des guerres de réligion.

 

A la suite d’un acte terroriste commis par un jeune adolescent  Tchétchen, à peine majeur, Macron, dans une surprenante  extrapolation, déclara, sans détour la guerre à l’Islam et l’islamisme. Les mots les plus durs furent proférés contre le prophète Mohamed  et tous les symboles de sainte réligion.

 

La légèreté  avec laquelle, ce premier magistrat de la vieille nation française, lança au visage du monde musulman son offense restera longtemps énigmatique. L’opinion s’est malheureusement familiarisée avec les horreurs du terrorisme pour comprendre l’emportement inconsidéré du président français. Les motivations de Macron, sont sans  aucun doute multiples et complexes. Sans prétendre en faire le tour, nous en citerons, certaines, les plus évidentes surtout.

 

 Une démarche  purement électoraliste visant à s’attirer  une frange de l’électorat de droite. Macron ayant réalisé que sa politique centriste, ni de gauche, ni de droite a débouché sur un fiasco, opère un coup de barre, non maitrisé, vers l’extrême droite, rivalisant ainsi d’ardeur avec Marie Lepen sur son terrain de prédilection de toujours. Ce chevauchement brusque accentue l’opacité de la politique française qui devient de moins en moins lisible et place dans l’embarras ses plus proches alliés. La République française  est-elle en passe de perdre le nord ?

 

 Une tentative de se tailler une stature de leader dans un Moyen orient en pleine  décomposition. Il n’échappe à personne qu’après les deux expéditions où les armées du monde entier ont marché contre les deux illustres capitales du monde islamique Bagdad et Damas, ce monde n’est plus que l’ombre de lui-même, ses pygmées en sont aujourd’hui les chefs. Et quels chefs d’humbles agneaux qui viennent chargés d’opprobre, faire acte d’allégeance sans l’arc de honte de l’état d’Israël. Jamais le monde arabe n’a atteint un tel degré de délabrement, malgré tout, des poches de résistance assiégées, assaillies de toutes parts se dressent encore héroïques et sublimes dans leur dévouement. Dans des circonstances aussi favorables les instincts coloniaux  de la France s’éveillent, Macron reprend du poil de la bête et tente de s’investir un peu partout. Le voilà au Liban faussement magnanime, réunissant autour de lui toute la classe politique, distribuant les leçons, et au besoin le blâme et la menace, et sans transition, le Liban semble être entré sous protectorat français.

 

Macron est aussi présent en Méditerranée éveillant les convoitises et dressant les acteurs les uns contre les autres. En Lybie il est aussi présent, parfaitement embusqué derrière les Émirats Arabes et l’Egypte, au Sahel, il est presque le seul maitre à bord. Ne nous y trompons donc pas, Macron rêve d’une  réédition de l’aventure coloniale et pour ce faire, il tente d’éveiller  les vieux antagonismes civilisationnels pour entrainer dans son sillage des alliés traditionnels jusque là peu sensibles à ses élans belliqueux et interventionnistes. Réussira-t-il ? fort probablement, car les messages de solidarité avec la France ont fusé de partout, des Etats Unies et d’Europe. Force est de constater que depuis la révolution industrielle et la vaste conquête coloniale  qu’elle suscita, il s’est formé chez l’homme blanc un sentiment de supériorité, ouvertement affiché ou discrètement tapie dans la conscience de tous  les dirigeants occidentaux, il nourrit leurs ambitions  mais aussi leur mépris pour tous les autres peuples. Il leur faut une cinglante défaite, pour s’en guérir. Ce mythe de supériorité a déjà été, plus ou moins écorné après les défaites au Vietnam, en Algérie et récemment  en Afghanistan oú les troupes Américaines sont en train de se retirer sans tambours ni trompette. Il volera totalement, en éclat lorsque les états auront acquis le savoir nécessaire pour perfectionner  leur armement et accéder au stade de la force dissuasive. C’est déjà acquis en Chine, en Inde, en Corée du Nord et au Pakistan, et plus le cercle s’élargira, plus l’Occident se résoudra enfin à respecter la souveraineté des nations. Les occidentaux se liguent partout pour retarder ce moment, mais peine perdue, il viendra immanquablement. Ils ont réussi les grandes conquêtes coloniales Canons et Mitraillettes contre arc et sabre. Pas de quoi s’en orgueillir, à perdre la tête, car « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».Macron se propose de reformer l’Islam pour l’adapter aux convenances françaises. Naïveté feinte ou l’ignorance de la nature des religions divines, que proposera-t-il aux musulmans de France, un nouveau texte apocryphe, ou les contraindra-t-il à l’hérésie en introduisant les tristes pratiques de l’inquisition. Tout cela est du déjà vu et l’Islam en sortira toujours pur, un et indivisible et les versets sataniques de Macron signeront, à jamais, son discrédit. Il s’acharne contre les musulmans de France et semble oublier, que ce sont les dignes descendants de ceux qui ont permis à la France de se relever après avoir croulé sous l’inexorable offensive de l’armée allemande et l’armistice du 22 Juin pour enfin s’assoir autour de la table des vainqueurs, de la deuxième guerre mondiale. Leur nationalité française n’est pas octroyée mais hautement méritée. Macron doit comprendre que les musulmans ne sont pas les premiers à venir taper à la porte de la France pour s’y installer. La France, vieille nation qui a déjà épuisé toutes ses ressources naturelles ne tire sa grandeur et sa prospérité que de l’exploitation des ressources du monde musulman et en inondant de ses produits les marchés de ce même monde. Elle prône aujourd’hui une politique  de repli et  un rejet de l’autre, elle en sera la première perdante.

 

Il suffit que les états musulmans se concertent, dépassent leurs clivages puérils  et adoptent, en retour, à l’égard de la France, la même politique de rejet. Le monde est grand et la France ne pèse que très peu dans le mouvement de coopération internationale. De toute façon Macron a déclaré la guerre, le monde musulman doit prendre au sérieux sa sommation et s’organiser pour éviter une répétition tragique de l’histoire.


       Nktt, le 30 octobre 2020
Professeur Abderrahmane Sidi Hamoud




Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2020

Partenaires