Banner

Date: 05.03.2021  Heure: 17:10 GMT


Ajouté le : 21.03.2012 13:15

Mauritanie : La chasse à Senoussi

ALAKHBAR (Nouakchott) - Sauf «ses fidèles en Mauritanie», «Tout le monde cherche Abdoullahi Senoussi pour le punir des crimes réels ou imaginaires», affirme l’Authentique qui dresse la liste des prétendants : «les Français, le Procureur du Tribunal pénal international, les Libyens, et même les Saoudiens».

La Libye, apparemment plus active, a dépêché son premier ministre, Moustapha Bou Chagour qui, à Nouakchott, a qualifié l’arrestation de Senoussi de «position courageuse»  et «historique que le peuple libyen n’oubliera jamais, car cet homme était la deuxième personnalité du régime de Kadhafi», rapporte l’Horizon.


Toujours à ce propos de la Libye Le Rénovateur informe que «Mohamed Ould Abdel Aziz a promis "du positif" à Tripoli. Le quotidien s’interroge cependant : «La demande d’extradition d’Abdallah al-Senoussi de la part de la Libye aurait-elle bénéficié de plus de diligence de la part de Nouakchott ? Cet engagement n’est-il pas le résultat d’une tentative de tourner la page noire du soutien apporté par la Mauritanie au régime libyen, ou s’agit-il encore d’une promesse qui peut toujours changer suivant une conjoncture internationale instable où la Jamahiriya n’arrive pas encore à retrouver  la paix digne d’un Etat souverain et respecté.»

 

En tout cas, reprend l’Authentique, «quel que soit le choix qu’il prendra en définitive, la Mauritanie en payera le prix salé.» Là intervient Biladi, qui estime que «cet homme ou plutôt cet animal» est «encombrant», avant de souligner que l’interpellation de Senoussi à Nouakchott «accrédite une idée chère au pouvoir de Aziz : le pays est désormais sous contrôle.  "Ceux qui y rentre ou y sortent sont connus", aimait-on répéter dans les milieux du pouvoir. Mais au-delà de cette performance technique, Senoussi constitue un casse-tête pour le pouvoir. Trois parties le réclament déjà et aucun scénario probable n’apporte vraiment de dividende sans risque pour le pouvoir. Alors va-t-il le livrer à l’un des prétendants ou fera-t-il comme les autres pays qui avaient accueilli des responsables de l’ancien régime de Libye ? L’Algérie la Tunisie ou le Niger ont décidé de garder chez eux ceux qui avaient fuit dans leurs pays.»

 

Le Quotidien lui change de cape sur l'observation du deuxième tour de la présidentielle sénégalaise prévu le 25 mars prochain. Le journal titre «Obasanjo revient pour l’observation du second tour», et reprend de Pressafrik : «La mission d’observation électorale(Moe) de l’Union africaine (Ua) sera de retour au Sénégal dès le 17 mars courant pour le deuxième tour de l’élection présidentielle.» 

 

 




Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2021

Partenaires