Date: 21.09.2017  Heure: 23:02 GMT


Ajouté le : 21.06.2012 15:32

Malikah veut «connecter le Hip hop mauritanien à celui des autres pays arabes»

ALAKAHBAR (Nouakchott)- L’artiste du Hip hop, Malikah, «moitié libanaise, moitié algérienne et cent pour cent arabe», comme s'est -elle présentée à Alakhbar, veut connecter le Hip hop mauritanien avec le reste du Hip hop dans le monde arabe, «comme ça, s’explique-t-elle, on deviendrait uni et plus fort».


Présente en Mauritanie dans la cadre de la cinquième édition du festival Assalamalekoum qui s’ouvre cet après midi à l’Institut Français de Mauritanie (IFM), l’artiste avoue qu’elle n’a pas encore eu la chance de bien connaître le Hip hop mauritanien. «Mais d’après ce que j’ai entendu, il est très riche ; il y a plusieurs groupes qui font du Rap en plusieurs dialectes. C’est la diversité. C’est très beau! Ça fait plaisir de voir des jeunes engagés

Malikah a par ailleurs souligné que les artistes du Hip hop mettent leur talent au service de l’unité et de la lutte contre la corruption dans le monde arabe. «En tant qu’artistes, nous essayons de faire un changement positif pour rendre nos pays meilleurs. Je prends l’exemple du Liban. Nous avons vécu des guerres sectaires ; on s’est tué pendant des dizaines d’années ; parce que celui-ci est chrétien, celui-là est chiite et l’autre est sunnite. Nous avons alors appelé à l’union des libanais et à l’union du monde arabe. Et nous parlons beaucoup de la Palestine. De même, nous évoquons la problématique de la corruption qu’on retrouve partout dans tous les pays arabes», a-t-elle dit.


Dans ce monde arabe, l’Algérie, ‘’le deuxième pays’’ de l’artiste a jusqu’ici échappé au Printemps arabe. Ce, parce que «les Algériens, pense l’artiste, disent ‘’ce n’est pas le bon moment pour mener une révolution ; on est en plein développement et on ne veut pas l’interrompre’’».

«Vous savez, pour la révolution il y a un prix à payer; beaucoup de sang va couler et personne n’est certaine de ce qui pourrait se passer. Et puis, elle retarde le pays et affecte son économie», a-t-elle conclu.




Banner

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

L’écrivain Mohamed Yahya Ould Ciré: « Les Harratines sont victimes d’un double racisme»

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2017

Partenaires