Banner

Date: 04.06.2020  Heure: 19:52 GMT


Ajouté le : 31.01.2013 09:33

Mali: L’armée manque de logistique et les salaires sont faibles (Reportage)

Envoyés spéciaux de Alakhbar Au Mali

ALAKHBAR (Douentza)-Un source militaire malienne a avoué à Alakhbar que sans les Français l’armée malienne ne serait pas en mesure de repousser les islamistes qui avançaient vers le sud du pays.

Douentza (Mercredi 29 janvier 2013)

Douentza (Mercredi 29 janvier 2013)

La source explique: «À Gao nous étions obligés de battre en retraite, parce que les islamistes étaient mille fois plus nombreux et plus armés que nous».


Pourtant, le auteu du putsch du 22 mars 2012,  le capitaine Sanogo,  reprochaient au président déchu, Amadou Toumani Touré, de n’avoir pas mis à la disposition de l’armée les moyens nécessaires pour faire face à la menace islamiste.

 

Le capitaine promettait que dès la réception des armes commandées par le Mali mais bloquées au Port de Guinée,  l’armeé déclenchera les hostilités pour "bouter hors du pays les indépendantistes du MNLA, les islamistes radicaux et les narcotrafiquants".

 

l’arrivée de ses armes, souligne la source, n’ont pas empêché la prise, par les terroristes, de la localité de Konna" située à 700 km au nord de Bamako, le jeudi 10 janvier dernier.

 

Des salaires faibles


Un convoi de l'armée malienne arrêté à Douentza pour percevoir des primes (Mercredi 29 Jan)

Un convoi de l'armée malienne arrêté à Douentza pour percevoir des primes (Mercredi 29 Jan)

En outre, l'armée malienne est faiblement remunérée. Le salaire d’un soldat ne dépasse pas les 75 000 Cfa (45 000 UM) en plus de 35 000 francs pour la ration. Et seuls ceux qui sont sur le front nord ont mensuellement droit à une prime de 50 000 francs Cfa (30 000 UM).

La perception de cette prime de guerre a retardé hier (mercredi 30 janvier) à Douentza (nord) une colonne de l’armée malienne qui partait à Gao. "Nous attendons nos primes pour continuer à Gao", a affirmé un soldat dans le convoiCe même  convoi était encore retardée quelques heures plut tôt au niveau de la ville de Sévaré (675 km de Bamako) pour manque de véhicules. «Nous devions aller ce soir à Gao, mais il nous manque de véhicules», a expliqué un autre soldat.

 

A constater par ailleurs que c'est l'armée américaine qui assure en partie la nourriture de ses militaires maliens engagés dans le nord du pays. A Douentza les soldats avaient chaqu'un un sachet contenant de la nourriture sur lequel il est mentionné: "Made in america".

 

Faible niveau d’instruction


Le niveau d’instruction des soldats maliens est également faible. Un soldat a raconcté que son père l’a mis dans l’armée, parce qu’il a échoué à l’école. Plusieurs autres soldats, rencontrés par Alakhbar, parlent le Bambana ( Langue dominante dans la partie sud du pays) et ils s’expriment difficilement en français qui est la langue officielle.

Encore, les femmes sont bien représentées dans l’armée, mais elles ne participent pas à la guerre, précise la source.

 

Besoin d’aide financière


Autres soucis, les aides financières en provenance de pays développés «pour pallier aux manquements de l'armée sont souvent détournées», explique la source.

 

D’ailleurs, le besoin financier de l’armée malienne, surtout dans ce contexte de guerre, est senti par des responsables militaires, politiques et économiques du pays . Dans une interview accordée à Alakhbar Moussa Mara, expert comptable et, Maire de la commune IV de Bamako et Pdt du parti YELEMA, demande l’augmentation de 30% (40 milliards) du budget de l’armée malienne qui s’élève à environ 115 milliards de francs Cfa pour couvrir son engagement dans la guerre contre les islamistes armés.

L’Etat a déjà appelé à l’aide des populations. Au lendemain de la chute  de Konna entre les mains des islamistes, le président intérimaire du Mali, Dioncounda Traoré, s’adressant à ses compatriotes, leur avaient demandé d’apporter du soutien moral, matériel et financier à l'armée.

 

Plusieurs Maliens ont réponu à cet l’appel. Une seule personne a donné 100 millions de francs Cfa. Et Moussa Mara pense que «les maliens, par contribution volontaire, pourront dégager 20 milliards Cfa pour l'armée».


Les Maliens à l’étranger ont aussi apporté leur contribution. La diaspora malienne en Côte d’Ivoire a remis une somme de cent millions de francs CFA (destinée à l’armée malienne) au président Dioncounda qui s’était rendu, le samedi 19 janvier, à Abidjan pour assister au sommet de la CEDEAO sur le Mali.




chinguitel

Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2020

Partenaires