Date: 14.12.2018  Heure: 20:21 GMT


Ajouté le : 04.06.2013 11:39

Akhbar El Jeich rend hommage à l'ancien Secrétaire d’Etat à la défense, Soumaré Silman

C’est en 1949 que Soumaré Silman voit le jour à Wompou, à la jonction des deux régions du Gorgol et du Guidimakha. Dans cette contrée au sol fertile et à la nature luxuriante favorisée par une pluviométrie abondante, le jeune Soumaré passait ses journées à aider les siens dans leurs travaux champêtres avant de faire ses premiers pas à l’école du village.

Son cycle primaire terminé, il rejoint alors le fameux collège de Xavier Cappolani de Rosso avant de regagner le lycée de Nouakchott où il décrochera son baccalauréat.

Incorporé en septembre 1963 à Nouakchott, l’élève officier Soumaré Silamn est envoyé en France pour suivre la formation militaire de l’Ecole Spécial Militaire de saint-Cyr, promotion « Serment de 1914 ». Il est ainsi le « bazar » du Lieutenant-colonel Mohamed Khouna Ould Haidalla qui fréquenta cette prestigieuse école une année avant lui. Sa formation d’officier fut compétée par un cours d’application à l’école d’application de Saint-Maixent, toujours en France.

De retour au pays, le jeune officier qu’il est devenu, n’eut pas le temps de savourer ses vacances car le devoir et les responsabilités l’attendaient déjà. L’homme à la silhouette longiligne et au physique d’athlète a répondu présent là ou le devoir l’a appelé. Alors que les unités d’élite se comptaient sur les doigts d’une main, il est propulsé à la tête de la 1ére Compagnie Commando Parachutiste de Jreda ; unité mythique sur les vestiges de laquelle sera érigé plus tard le 1er bataillon Commando Soueidatt et Colonel Sabar, il a laissé, de son séjour parmi les parachutistes, l’image d’un bon et « beau » parachutiste dans sa tenue bariolée rehaussée de la casquette Bigeard.

Ceux qui ont travaillé à ses côtés lui reconnaissent son intransigeance et son autorité aussi bien dans la transmission des ordres que dans leur exécution.

L’ancien soldat Ould Tolba, rescapé de la guerre du Sahara, garde de lui, lorsqu’il commandait dans le secteur N°2 de Bir Moghrein, l’image d’un homme rigoureux mais juste avec ses subordonnés.

Après sa retraite effective survenue en 1997, Soumaré Silaman ne reste pas inactif. En plus de nombreuses autres charges pour sa localité, il officie pour un second mandat à la tête du conseil municipal de Wompou. Ses bons et loyaux services lui ont valu plusieurs distinctions nationales ainsi que la Légion d’Honneur française.

Formation militaire :

-1963-65 : promotion Serment de 1914 ;
-1965-66 : Ecole d’Application de Saint Maixent.
Affectations :
-Cdt de la 1ére CCP de Jreuda
-Cdt du secteur N°2 à Bir Moghrein (guerre du Sahara occidental) ;
-chef d’Etat-major Adjoint /OPS ;
-Cdt de la 4°RM à Tidjkja ;
Chef du 3°Bureau à l’EMN ;
-Cdt de l’EMIA d’Atar ;
- Président de la Cour Spéciale de justice ;
- Contrôleur Général de l’Etat ;
- Secrétaire d’Etat à la Défense ;
- Ministre de la pêche et de l’Economie Maritime ;
- Retraite d’office en 1983 ;
- Retraite effective en 1997.

Autres fonctions :

-DG de la société de pêche SPAM
- Maire de commune.

Source : Akhbar El Jeich




chinguitel

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2018

Partenaires