Date: 23.11.2017  Heure: 22:28 GMT


Ajouté le : 21.06.2013 12:03

Mauritanie: Revue de presse

40é anniversaire de la BCM.

Enquête française sur le putsch de 2008 en Mauritanie.

Persistance de la crise politique.

ALAKHBAR (Nouakchott)-La presse écrite mauritanienne a traité divers sujets cette semaine. On en retient l’enquête française sur le rôle présumé de l'ancien secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, de faire accepter le putsch de 2008 en Mauritanie par la France; l'anniversaire de la BCM; la crise politique et la gabegie foncière.

Selon l'hebdomadaire Biladi,« On soupçonne l'ancien et puissant secrétaire général de l'Elysée d'avoir joué un rôle déterminant dans l'acceptation du putsch perpétré en 2008 par l'ancien général [Mohamed Ould Abdel Aziz], devenu président par la suite, contre l'unique président civil [ Sidi Ould Cheikh Abdallahi], démocratiquement élu dans notre pays».

" Mais, s’interroge l’hebdomadaire, qui est le juge mauritanien qui ose enquêter sereinement et fouiller dans une affaire aussi gênante  que le coup d'Etat qui a porté Aziz au sommet de l'Etat".

 

Cette affaire, poursuit Biladi, "ne manquera pas de susciter un grand intérêt chez les partis de la COD, qui sont en train d'envoyer une mission à Paris pour mobiliser les décideurs français sur les problèmes de la Mauritanie et pour tenter de saper l'image du président Aziz ".

 

La presse est revenue aussi sur l'anniversaire de la banque centrale de Mauritanie (BCM) et de la monnaie nationale avec comme ce titre : "L'ouguiya souffle sa 40e bougie " du ‘’Le  Rénovateur’’.

 

Le quotidien  a écrit: "Malgré une chute considérable de sa parité par rapport aux monnaies fortes, l'ouguiya reste sensiblement bien positionnée par rapport au FCFA, qui était la monnaie en vigueur dans le pays depuis son indépendance jusqu'au début des années 90 ".

 

Le Rénovateur poursuit que cette monnaie qui a subi d'intenses dévaluations au cours des années 80 et 90, assurément dues à des facteurs exogènes tels le blanchiment d'argent, conserve malgré ces revers, une force qui la rend toujours forte, comparativement aux monnaies de la sous région.

 

L'Authentique Quotidien a lui reporté un commentaire d’opposants sur le discours à l’occasion du gouverneur de la BCM qui a fait un survol historique de la création de l’ouguiya.

 

Ces opposants, considèrent que le discours reflétait une lecture " complètement  tronquée" de la situation. Ils estiment aussi qu’une " lecture de l'historique financière et économique de la Mauritanie, entre  1973 et 2013, fait par un gouverneur attaché à la cause du régime, ne peut qu'être subjective"

 

Et par rapport à la crise politique, la presse nous apprend qu’elle est loin d’être résolue. Pour preuve, Ahmed Ould Sidi Baba du Rassemblement pour la Démocratie et l'Unicité, n’a pas hésité, dans une interview accordée à l'hebdomadaire ‘Le Calame’ de dire: "Pour mettre fin à la crise, il faut d'abord le départ de Mohamed Ould Abdelaziz et sa non-implication dans le processus démocratique à venir"

 

Il déclare même que " Ould Abdelaziz est illégitime, parce qu'il est en train de mener le pays à la catastrophe, à la faillite, à l'éclatement, par l'encouragement de tous les extrémismes possibles".

 

Et sur le sujet de la gabegie, Alakhbar info révèle que malgré la guerre déclarée contre la gabegie, " un proche du président Aziz est au cœur d’une gabegie foncière".


"Le Ministère mauritanien des Finances et son homologue de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire ont raccourci, en deux mois, les procédures necessaires (…) avec parfois des confusions dans les documents, pour octroyer, à un proche du président Aziz, deux terrains, dans un quartier huppé de la capitale Nouakchott ".

 

 




chinguitel

Composition du nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2017

Partenaires