Date: 29.05.2017  Heure: 19:02 GMT


Ajouté le : 17.07.2013 22:09

Nouakchott: la Marmite Du Partage chez O. Kheiry, une mère seule face à la pauvreté (Reportage+photo)


ALAKHBAR (Nouakchott)- En ce premier vendredi du Ramadan 2013, Alakhbar accompagne les volontaires de la « Marmite du Partage » qui remettent le couvert choisissant d’installer leur quartier à Lemgheïty dans la banlieue Nord-est de Nouakchott.

Ces jeunes samaritains, d’une Mauritanie, de plus en plus sourde à l’appel de sa pauvreté, renouent ainsi avec l’esprit de solidarité propre au Ramadan : chaque vendredi ils organisent une cérémonie de rupture du jeûne au profit des plus démunis.

Khali Diallo, président Marmite du Partage (Droite)

Khali Diallo, président Marmite du Partage (Droite)

C’est dans un décor vespéral que le président de ‘’la Marmite du Partage’’, Khali Diallo (DJ Khalzo pour les intimes) a reçu la presse. A quelques minutes du chant du muezzin marquant la fin de la journée du jeûne, le président himself et les nombreuses autres bonnes volontés s’activent à qui mieux-mieux pour réussir ce qui semble être un challenge. D’emblée il nous confie, comme sur un air de défi, devoir « distribuer 5000 repas».

Çà et là des tentes, des nattes et autres accessoires pour accueillir les familles nécessiteuses. Au menu tout ce que le Mauritanien aime voir dans son assiette à beurre « ramadanesque » : dattes, pain, café , lait, jus de bissap, viande à volonté, pommes de terre … « Un vrai régal pour nous qui cassons la croûte qu’avec peine » lance un quidam comme pour remercier à l’avance les organisateurs. En effet, « dans ces endroits où la pudique pauvreté vient se réfugier, un tel élan de générosité attendrit plus d’un cœur charitable » renchérit un volontaire .

Ainsi les mots de Khalzo résume leur  modus opérandi : «Nous effectuons d’abord une visite pour voir l’état des lieux, visite durant laquelle nous expliquons notre démarche aux personnalités ; à  l’imam, au chef du quartier et au préfet. Et si la zone compte malheureusement un nombre important de nécessiteux, nos volontaires y  reviennent le vendredi suivant, pour une distribution gratuite de repas comme celle-ci ».


 

Oumoul Kheiry Amadou Bâ. Ce nom peut être un générique pour désigner le profil de ceux qui bénéficient de la Marmite. Cette mère de six enfants est d’une certaine façon le type même du pauvre pour parler sans ambages AL AKHBAR l’a rencontrée, ces mots donnent l’ampleur et l’amplitude de la pauvreté dans nos contrées : celle que la Marmite est venue aider est riche en effet de sa baraque d’environ 3m2 du couscous qu’elle vend tous les soirs pour n'en tirer que de maigres recettes mensuelles. Elle affirme avec cet argent entretenir une famille nombreuse – on ne compte pas les personnes- en dépit de la cherté de la vie. Elle n’ira pas plus loin dans la description de sa misère « noblesse oblige ! » nous assène-t- elle .

Les conditions de vie indescriptibles de OUMOU khairy ont fait dire à Brahim Bâ, un volontaire de la Marmite. «En  accompagnant les volontaires,  j’ai constaté l’existence de ce fossé économique entre les citoyens d’une même Mauritanie.  Cet océan d’indigence interpelle notre conscience pour peu qu’il nous en reste encore. »  

 

 Cette année, Brahim Bâ est l’un de ces «400 volontaires »,  filles et  garçons, élèves et  étudiants, ouvriers ou cadres et artistes et célébrités  etc. qui ont porté à bout de bras le projet de la Marmite depuis le Ramadan 2012 ,d’où le professionnalisme et la transparence auxquels le président aspire pour cette noble activité :   «L’année dernière,  nous étions en  phase d’expérimentation. Mais, quand on a vu que les jeunes avaient porté le projet, nous avons décidé de formaliser les choses; désormais, elles ne sont plus centralisées sur la personne du président. Elles sont, en revanche, réparties dans des commissions et des sous-commissions».


La présence des volontaires de la Marmite à Lemgheïty réjouit les bénéficiaires notamment Oumoul Khaïry : «J’aimerais qu’ils restent le plus longtemps possible avec nous ! Même s’ils viennent une fois dans l’année, je les préfère à ceux qui viennent fréquemment nous  recenser en tant que pauvres sans qu’on ne voit l’aide qu’ils nous promettent de l’Etat!» « On aura beau s’agiter comme des mouches du couche la pauvreté ne s’éradiquera qu’au prix fort et nos politiques en sont-ils conscients/ en tout cas  nous les bénévoles de la Marmite jouons pleinement notre partition poussés par un élan qui ailleurs n’est que discours creux, vague et vain » dixit un cadre du groupe. 

 




Banner

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

L’écrivain Mohamed Yahya Ould Ciré: « Les Harratines sont victimes d’un double racisme»

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2017

Partenaires